Catégorie : Questions de société
18/10/2010

Les attentes des jeunes

Auteur : Jean-Gabriel Delacour © Acip

Notre époque cultive le jeunisme : être jeune, avoir l’esprit jeune et se donner des allures jeunes, quitte à utiliser la chirurgie esthétique et autres artifices. À l’image de mannequins dont la rotation permet de maintenir un âge censé rester la référence des générations suivantes, on n’a plus le droit de vieillir et tous sont invités à communier dans une célébration exclusive de la jeunesse.

Le paradoxe veut que, à une époque où l’on entre de plus en plus tard dans la vie active, soient accordés davantage de droits et de possibilités à ceux vivant encore dans des situations de dépendance familiale, économique ou intellectuelle. Voilà pourquoi choquent les invitations plus ou moins pressantes lancées aux lycéens — et même aux collégiens — d’aller manifester contre la réforme projetée des retraites. Des personnes dont la formation n’est pas achevée et qui ne disposent pas de leur autonomie sont ainsi racolées et utilisées. Comme il se doit, nuance et modération ne figurent pas au rendez-vous : contrairement aux syndicats, ils exigent un rejet total du projet gouvernemental tandis que se multiplient violences et déprédations, la presse de gauche n’hésitant pas à parler, comme au bon vieux temps, des « violences policières » tout en donnant à l’avance les lieux et heures de rassemblement.

Convaincus que le relatif allongement de l’âge de la retraite va leur barrer le chemin de l’emploi pour quelques années supplémentaires, ces lycéens montrent les limites de leurs connaissances économiques, raisonnant comme s’ils allaient tous devenir des fonctionnaires remplaçant d’autres fonctionnaires. D’ailleurs, de nombreuses réactions se sont exprimées dans les courriers des lecteurs de la presse et sur les sites informatiques. Ainsi, dans La Nouvelle République, quelqu’un leur conseille plutôt de « manifester contre l’égoïsme consternant de ces gens qui défilent pour prétendre bénéficier d’une longue retraite qui sera payée par eux, les jeunes ! » Ailleurs, un blogueur s’inquiète de voir « des jeunes de quinze ans dont l'unique espoir consiste à jouir de la retraite dans 45 ans après une carrière à pantoufler dans une obscure administration sans même intégrer une seule seconde que d'ici là deux générations auront passé et que le monde sera ce qu'ils en auront fait ».

Pourtant, il est un sujet sur lequel les élèves pourraient légitimement nourrir des inquiétudes : l’espèce de primauté aujourd’hui donnée aux technologies nouvelles et, en contrepartie, l’abandon de la culture littéraire — couplée à la refonte des programmes d’Histoire avec abandon des grandes figures nationales comme Louis XIV et Napoléon. À quoi s’intéresseront donc les jeunes lorsqu’ils atteindront l’âge de la retraite ?

En attendant qu’on y prête attention, les files d’attentes s’allongent devant les pompes à essence et l’approvisionnement de certaines stations-service commence à laisser à désirer…


Vos commentaires

Pas de commentaire

Ajouter un commentaire

* - champ obligatoire

*


Image CAPTCHA pour prévenir l'utilisation abusive
Si vous ne pouvez lire toutes les lettres ou chiffres, cliquez ici.
*
*